Téléphonie mobile : le Bénin se lance vers la portabilité

Catégorie: 

Le Secrétaire Exécutif de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (Arcep-Bénin) a lancé le mardi 15 Septembre 2015 une étude relative à l’introduction de la portabilité des numéros mobiles au Bénin. C’est le cabinet OPENIT qui a été recruté pour réaliser cette étude.

L’objectif principal de l’étude est de définir les modalités juridiques, techniques et économiques de mise en place du service de portabilité des numéros mobiles au Bénin, a précisé l’Arcep-Bénin. Le cabinet OPENIT devra relever l’impact de la portabilité des numéros sur l’environnement béninois, relever les barrières éventuelles qui existeraient et les solutions pour y remédier. Le cabinet proposera une solution technique de mise en place et de suivi qui tienne compte des opérateurs de télécommunications et de leurs cahiers des charges, du Plan National de Numérotation et des règles de gestion des ressources en Numérotation, du contexte économique béninois et de tous les textes réglementaires.

Il fera également une analyse approfondie des impacts liés à la portabilité des numéros. Cette analyse mettra l’accent sur, les coûts de mise en œuvre notamment pour le régulateur et les opérateurs, les coûts de portage et de routage sans oublier l’impact sur le contrôle du trafic et les redevances en numérotation. Enfin, le cabinet définira les différents axes du projet ainsi que le calendrier de mise en œuvre.

Au Bénin 5 opérateurs de téléphonie mobile partagent un parc d’abonnés de 9 627 447 selon le rapport d’activités 2014 de l’Arcep-Bénin.

Qu’est ce que la portabilité ?

La portabilité est le principe qui permet aux abonnés des réseaux de téléphonie mobile de pouvoir changer d’opérateur sans perdre leur numéro de téléphone. Concrètement, et c’est l’avantage qu’offre ce service, les consommateurs peuvent choisir entre les offres proposées par les cinq opérateurs et garder le même numéro de téléphone. La portabilité est, depuis les années 2000, une recommandation de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) car elle garantit une concurrence saine et dynamique.

En Afrique de l’ouest francophone, le Sénégal est le premier pays à avoir introduit cette notion sur son territoire depuis le 1er septembre 2015.